CALVAIRE MONUMENTAL DE PLOUGASTEL SANS DOUTE LE PLUS GRAND ET LE PLUS BEAU DES CALVAIRES BRETONS.

L'édification du calvaire de Plougastel Daoulas débute en 1598, elle se termine en 1604. à l'époque de sa construction des calvaires existent déjà depuis près de 100 ans pour les premiers.

Par ses matériaux le calvaire est atypique il est construit par une pierre jaune provenant de Logonna-Daoulas paroisse (assez proche de Plougastel) , Il s'agit d'un microgranite qui doit sa couleur jaune à sa richesse en oxydes de fer.

Les 182 statues sont en kersantite ou granit de kersanton extraite aussi dans des carrières proches dans la presqu'île de Plougastel.

Sous la voûte plein cintre de gauche à droite Saint-Pierre avec sa Clef, au centre Saint-Sébastien, à droite Saint Roch.

2 ème niveau dans l'angle Saint Jean et son aigle, l'entrée dans Jérusalem, à droite les Rois Mages. Dans l'angle droit Saint Luc et là on reconnait un animal à cornes (le taureau et non le veau)

Sur le panneau descriptif il y a une erreur Saint Luc est déjà cité dans l'angle nord-est (c'est vrai qu'on a du mal a reconnaitre le lion de Saint Marc dans la sculpture)

Mais vue la disposition dans les quatre angles du monument il est logique qu'y soit représenté le Tétramorphe et non seulement 3 des 4 vivants de l'Apocalypse. et c'est Saint Marc qu'on trouve au nord-est.

La représentation des animaux est médiocre dans le monument.

Le 3 ème niveau. de gauche à droite, Au dessus de la grille le Christ aux outrages, La tentation de Jésus devant Pilate matérialisée à gauche par le personnage du diable reconnaissable à ses pieds à 3 doigts crochus.

au centre la Résurrection, Jésus et les Docteurs, à l'extrême droite la bouche de l'enfer.

Les croix. de gauche à droite le bon larron matérialisé par un ange sur le bras droit de sa croix, à droite le mauvais larron matérialisé par un démon placé sur le bras gauche de sa croix côté sénestre.

Au centre la croix du Christ avec 3 traverses. Le niveau supérieur le Christ en croix à chaque extrémité des bras de la croix un ange orant.

2 ème traverse de gauche à droite le cavalier romain Longin qui après avoir percé le flanc droit du Christ vient de recevoir une goutte de sang du Christ dans son oeil gauche borgne il y porte la main il vient de retrouver la vue ce qui lui fait dire c'était vraiment Dieu, au centre au pied du Christ deux anges Hématophores tenant un calice recueille le sang des blessures du Christ (Le Graal). à gauche le deuxième cavalier Stephaton qui porte ici dans sa main gauche l'éponge imbibée de vinaigre pour étancher la soif du Christ. (Attention! les romains consommaient plûtot, que de l'eau ou du vin, de l'eau vinaigrée, il ne s'agit pas d'un mauvais geste de Stephaton, bien qu'il soit placé ici du côté gauche du Christ)

3 ème traverse. De gauche à droite, la pancarte indicative parle de Marie, ce qui n'est pas logique vu qu'elle est déjà représentée en piéta au centre tenant son fils mort sur ses Genoux, à droite il s'agit de Marie Madeleine portant un flacon de parfum. De mon point de vue à gauche il s'agirait de Saint Jean,

Façade EST.

En bas de gauche à droite Saint Matthieu et L'homme. L'annonciation, La Visitation, Le mariage de Marie et Joseph, au centre la Nativité, à doite la Circoncision, La fuite en Egypte, l'Archange Gabriel qui à droite est en symétrie avec la Vierge à gauche pour l'Annonciation. à l'extrême droite Saint Marc et le lion.

en haut de gauche à droite le baptême de Jésus par Saint Jean -Baptiste. au centre la mise au tombeau, à droite présentation de Jésus au grand prêtre.

La façade est des croix: seule la croix centrale porte à son revers des personnages.

Le Calvaire vu par son angle sud-est. de gauche à droite la façade est décrite ci-dessus, au centre l'angle avec Saint Marc et son lion à droite la façade nord.

Au pied de la croix Jésus les mains liées et couronné d'épines.

3 ème traverse de gauche à droite Probablement Saint Jean au centre Joseph d'Arimathie portant main droite le graal, à droite Saint-Pierre avec sa clef.

La mise au tombeau.

L'angle nord-ouest avec l'escalier donnant accès au pied des croix.

La façade sud.

Détail de la façade sud. de gauche à droite en bas. Dans l'angle Saint Luc, La cène, le lavement de pied, angle droit Saint Matthieu.

En haut de gauche à droite la bouche de l'enfer, Sainte Véronique, le portement de croix et son cortège.

Le portement de croix.

La Cène découpée en trois tablées sur la table centrale le Christ entouré de 3 apôtres assis et Saint Jean qui semble dormir la tête sur la poitrine du Christ.

de part et d'autre deux tablées de 4 apôtres.

Le lavement des pieds.

Sainte Véronique Présentant le linge qu'elle a utilisé pour essuyer le visage du Christ.

La dévotion du "Chemin de la Croix" évoque le souvenir de cette femme qui aurait bravé la foule hostile pour essuyer le visage du Christ pendant sa Passion, recueillant ainsi sur son linge la Sainte Face. Sainte Véronique par Hans Memling (vers 1433–1494)Plusieurs légendes sont à l'origine de ce récit.

La bouche de l'enfer, représentant la légende de "Katell Gollet" (Katell la perdue=la débauchée).

Katell Gollet était une ravissante jeune femme qui ne vivait que pour le plaisir et la débauche. De peu de vertu, elle collectionnait de multiples amants. Un jour, l'un d'entre eux, lui demanda de voler une hostie dans le sanctuaire de Dieu. La jeune femme, désireuse de lui plaire, satisfit sa demande. Malheureusement, c'était Satan en personne qui avait revêtu les apparences de l'amoureux et Katell fut condamnée aux tourments éternels de l'enfer.