LES CADRANS SOLAIRES.

Le cadran est un instrument pour mesurer le temps à l'aide du soleil, pendant longtemps c'était le rôle principal de l'objet. d'ailleurs certains cadrans ne comportent que la graduation qui permet de mesurer ce temps si précieux. Mais les cadrans sont aussi très intéressants par leurs décors, leurs devises et leurs monogrammes.

Un exemple intéressant un cadran de Pluherlin dans le Morbihan.

Il comporte un décor très riche et de nombreuses informations. La date est intéressante 1822 Il s'agit donc de la restauration sous Louis XVIII. De part et d'autre d'un écusson comportant 3 fleurs de lys et évoquant la noblesse et la royauté 2 personnages décapités l'un, celui de droite porte l'écusson à 3 fleurs de lys ce serait un noble et il aurait été décapité pour cela, à gauche dans une sorte de dais surmonté d'une croix, un personnage porte une robe et une chasuble, un religieux en habits sacerdotaux, le personnage du dessus aurait été décapité pour son appartenance au clergé. De la date et de ces personnages décapités on déduit qu'il s'agit probablement d'une évocation de la période de la terreur.

En bas une scène de chasse àcourre, de droite vers la gauche, un personnage à cheval sonne l'hallali, un cerf ou un chevreuil poursuivi par 2 chiens un personnage agenouillé face au cerf et devant son cheval, épée hors du fourreau se prépare à tuer la bête.

La scène de droite paraît plus énigmatique, si on prend de bas vers le haut nous avons un personnage avec des béquilles qui est au pied de marches menant à une sorte d'estrade où se trouve un personnage sur une chaise. et face à lui un homme portant bicorne lui pose la main sur la tête, le bicorne évoque un gendarme, si la scène se déroule du bas vers le haut s'agit il de la préparation pour l'échafaud?

Si on considère l'ensemble des scènes il ressort l'idée que les décapitations ne sont que justice, ne fait t'on pas subir le même sort aux animaux. La devise est aussi intéressante MANET UL TIMA Persiste ou résiste jusqu'à l'extrême, elle est en plein accord avec l'évocationde la révolution française..

Il faut également remarquer que le cadran est fait pour une personne précise, habitant à une adresse déterminée, A OLIVIER PERVOT A LA MAISON NEUVE. Le nom du concepteur est également nettement indiqué PAR OLIVIER LECLERE LAN 1822. Sur la droite de haut en bas LE PY BRE ou peut être LE TY BRE. Ce cadran ne comporte pas de monogramme probablement parce qu'il n'était pas destiné à un édifice religieux, on remarque aussi que les monogrammes ne sont présents que sur les cadrans du XVII ème et XVIII ème, était ce passé de mode ou après la Terreur ne valait il pas mieux cacher ses convictions religieuses?