Kabah.

Kabah, la main puissante, se situe entre la sierra de Puuc au nord et l'escarpement de Bolanchen au sud, cette dernière imprime au site une ondulation topographique, Kabah englobe près de 4 km2 de terres fertiles parsemées de temples, de palais et des unités d'habitation qui furent édifiées, pour leur plus grande partie, entre les années 700 et 1000 après JC (période classique terminale).

Une chaussée ou Sacbe d'approximativement 20 km de long unit Kabah aux cités de Nohpat et d'Uxmal. En face de l'axe, nord sud constitué par la chaussée, se voit un axe est ouest constitué par la disposition des 3 groupes principaux d'édifices, le groupe est, le groupe central, et le groupe ouest.

Dans le groupe est, construit sur une plateforme massive, se détache le Codz Poop et le palais, lesquels avaient une fonction administrative. Dans le groupe central, la grande pyramide est un ample rectangle précédant l'arc de Kabah, dans lequel débouche la chaussée d'Uxmal.

Une autre chaussée de petites dimensions sort vers le sud et se dirige vers une pyramide plus petite. Dans ce groupe central se rassemblent le transit civique, et les fonctions cérémoniales publiques.

Dans le groupe ouest tant le temple des mains rouges comme l'observatoire paraissent avoir eu des fonctions religieuses et rituelles.

En accord avec les témoins en céramique Kabah fût occupée depuis le Préclassique tardif (800 - 1000 après JC). Vers l'année 600 après JC l'établissement acquiert son caractère urbain. L'apogée de la ville a lieu pendant le classique terminal (800-1000 après JC). Plus tard,

Kabah est soumise par les Itzaes de Chichen Itza qui l'occuperont pendant un temps bref avant de l'abandonner définitivement.

L'arc

L'arc de Kabah est une figure emblématique de cette ville. Il s'agit d'une construction de style Puuc précoce,qui s'élève à la manière d'un arc de triomphe, il n'est pas habitable, sinon symbolique, il marque le départ, du Sacbe ou voie d'Uxmal. En accord avec son style architectural, on peut le dater entre les années 670 et 770 après JC; la chaussée appartient également à cette époque. Sa décoration extérieure est très simple, avec des murs lisses et des petites moulures horizontales ce qui accentue l'importance de l'embrasure. Des empreintes de mains de couleur rouge peuvent être vues directement sur les blocs de pierre dans l'intérieur de l'arc. Située sur le côté ouest de la grande pyramide, cette construction inhabituelle constitue avec celle ci un point de focalisation de la vie cérémoniale de la ville. Sa taille monumentale, la sobriété et l'élégance de ses lignes font de l'arc de Kaba une réussite magistrale de l'architecture maya et une oeuvre d'art incomparable.