Le Néolithique a persisté jusqu'à nos jours

Les périodes de l'évolution humaine ont des durées tout à fait relatives. Les périodes nommées paléolithique, mésolithique, néolithique caractérisent l’industrie lithique c'est-à-dire des pierres.

Paléolithique (anciennes pierres) est caractérisée par les pierres taillées c’est la plus longue près de 2000000 d’années, mésolithique (moyennes pierres), période de transitions avec coexistence de pierres polies et de pierres taillées débute il y a 8500 ans et se termine avec le néolithique (neuves pierres) périodes des pierres polies.

Pour l'Europe la période néolithique de 4000 avant JC à 1500 avant JC, est suivie par les âges de la métallurgie (le chalcolithique (l’âge du cuivre), l'âge du bronze puis l’âge du fer 500 avant JC. Mais à cette époque déjà les populations humaines étaient dispersées sur pratiquement tout le monde et ne communiquaient plus les unes avec les autres et ceci était particulièrement vrai pour les plus éloignées, ainsi les niveaux techniques des populations humaines étaient très hétérogènes.

Actuellement on considère que l’humanité a un berceau unique qui se situerait en Afrique de l’est. Ce sont des vagues successives de populations qui sont parties à la conquête du monde. C’est d’abord Homo erectus qui est parti d’Afrique il savait déjà fabriquer le feu et tailler les pierres. Bien qu’il ait atteint la pointe de l’Europe et à l’est l’Asie (l’homme de Pékin), ce n’est pas erectus qui a évolué sur place pour donner les européens et les asiatiques.

En Europe de l’ouest Homo erectus a évolué pour donner les pré néanderthaliens qui eux-mêmes ont évolués pour donner les néanderthaliens, ils ont disparu vers moins 40000 sans laisser de descendance. L’homme de Neandertal a été le premier Homo sapiens (homme pensant), il enterrait ses morts, il savait fabriquer des outils en pierre taillée. Les européens actuels sont des Homo sapiens sapiens c’est encore une vague qui est partie d’Afrique vers -60000 on trouve les restes fossiles des homo sapiens sapiens au Moyen Orient alors qu’à la même époque on ne trouve en Europe de l’ouest que des restes de Néanderthaliens. En France les deux lignées humaines ont cohabité, et on ne sait pas si c’est Homo sapiens sapiens ou Homme de Cro-Magnon qui a éliminé les Néanderthaliens ou s’ils sont morts par dégénérescence génétique, nous pouvons penser qu’ils ont échangé des techniques ou se sont copiés.

Suivant la théorie actuelle qui s’appuie sur des preuves paléontologiques (des restes fossiles découverts en Afrique de lignées humaines), et sur des preuves biologiques, (l’ADN mitochondrial) l’Afrique serait le creuset où a eu lieu la naissance de la plupart des lignées humaines.

C’est un ancêtre unique qui aurait  évolué pour donner toutes les lignées humaines, c'est-à-dire un arbre à un seul tronc partant d’un premier couple d’humanoïdes. L’australopithèque Lucie n’est pas sur la même branche que nous, ce n’est pas notre ancêtre mais nous avons un ancêtre commun.

Les mitochondries sont des organites cellulaires de véritables centrales énergétiques des cellules. Plus une cellule a besoin d’énergie, plus elle a de mitochondries. Ce sont elles en présence d’oxygène, par la dégradation des composés carbonés provenant de la glycolyse, qui produisent de l’énergie chimique sous forme de molécules d’ATP (Adénosine triphosphate), ces molécules migrent dans la cellule, chaque libération de phosphate libère de l’énergie.

ATP à ADP + P + Energie.

Les cellules grâce à la Glycolyse (Oxydation du glucose) et aux mitochondries produisent de l’énergie en petits paquets, il s’agit d’oxydations contrôlées pour éviter que la cellule ne soit brûlée.

Les mitochondries ont la particularité de posséder  leur propre information génétique sous la forme d’une molécule d’ADN. Leur reproduction est indépendante de celle de la cellule. Les mitochondries nous sont transmises seulement par notre mère. Celles du spermatozoïde sont impliquées dans sa nage et sont tellement spécialisées (elles sont placées dans la pièce intermédiaire à la base du flagelle) qu’elles ne sont plus capables de se déspécialiser pour se reproduire dans l’œuf. Lors de la fécondation chez de nombreuses espèces seule la tête du spermatozoïde pénètre l’ovule, le flagelle reste à l’extérieur, (ce n’est pas le cas humain).

En étudiant et comparant les ADN mitochondriaux des différentes populations humaines de la terre on en déduit, que c’est une seule molécule d’ADN qui s’est transformée pour donner tous les ADN mitochondriaux terrestres et que notre mère à tous était africaine et était probablement noire

 

.Haches et herminettes contemporaines papous à lames de pierres Polies.

Les outils ci-dessous sont des outils papous contemporains, ils ont été photographiés dans le musée d’Auckland, un des rares musées qui permet de filmer et de photographier les vitrines et les objets exposés. Ce musée remarquable est consacré aux civilisations du Pacifique (Maoris, Kanaks, papous etc). On peut y voir en plus de nombreux objets de la vie quotidienne de ces peuples, leurs armes, leurs bijoux, leurs types d’habitations, leurs embarcations, mais aussi des spectacles de danses traditionnelles Maoris. A ne pas rater si vous visiter Auckland.

 

Les photos suivantes montrent les différents types d’utilisation des lames de pierres polies. Les lames peuvent être utilisées comme haches, tranchant dans le plan du manche ou comme herminettes tranchant perpendiculaire au manche. Il ne s’agit pas du même usage, les haches sont plutôt utilisées pour couper les arbres, les herminettes pour creuser les troncs, par exemple construire les pirogues

Dans la partie supérieure de l’image nous avons trois haches en pierre emmanchées, à gauche une herminette.

Le manche dans trois des cas est fabriqué à partir d’une fourche, la tige principale reçoit la lame et le manche c’est la tige secondaire ou branche. On remarque que le manche est surmonté d’un long appendice du côté opposé à la lame, il a un rôle décoratif mais aussi probablement a-t-il pour rôle d’atténuer les vibrations dues aux chocs lors de l’usage. (Ce qui protègerait la lame de pierre des brisures, les pierres sont dures mais aussi cassantes)

On remarque que dans trois des cas les parties des manches supportant les lames sont entourées par des ligatures très serrées, ceci évite l’éclatement du manche sous l’effet des chocs lors de l’usage.

La hache de gauche sans ligature, doit être beaucoup plus fragile, que les trois autres, lors des chocs, la lame doit agir comme un coin et très rapidement éclater le manche. .

Pierre polie emmanchée en herminette. Le manche est entouré d’une ficelle tressée en fibre textile.

Pour cette herminette, le lien semble être de l’osier. Le manche comporte 2 parties ajustées et tenues par le lien

Ci-dessous des lames de haches et d’herminettes papoues. Les lames sont usagées on remarque que les tranchants sont ébréchés

Ci-dessous une lame de hache Kanak en Jadéite

Les exemples d’outils présentés ici ont des lames de pierre, mais les coquilles étaient aussi utilisées pour fabriquer les lames.

Les peuples du Pacifique utilisaient jusqu’au milieu du XIXème siècle ces outils en pierres, pour abattre des arbres, pour construire les cases et les pirogues, (Les pirogues à balanciers à voiles des kuniées, peuple de l’Ile des Pins, sont des embarcations insubmersibles de haute mer très perfectionnées, ce sont les ancêtres de nos multicoques, les différentes pièces de ces bateaux traditionnels sont reliées les unes aux autres par des liens en fibres végétales).

Au  début du XIXème siècle des peuples du Pacifique sud n’avaient pas encore inventé la métallurgie, cela semble étonnant en Nouvelle Calédonie si riche en métaux.

Beaucoup de facteurs sont intervenus :

 Les ancêtres des Mélanésiens sont venus sur les îles avant que la métallurgie ne se soit généralisée et même avant qu’elle ne soit inventée pour le reste du monde, ils se sont trouvés isolés et ont continué a développer les techniques néolithiques qui existaient et qu’ils pratiquaient déjà avant leur départ de leur pays d’origine. On remarquera que les lames de pierres sont moins épaisses que les néolithiques et ont le tranchant semblable aux haches métalliques actuelles.

La métallurgie du nickel n’a vraiment débutée que dans les années 1880 avec l’invention de la technique de fonte de la garniérite (minerai de nickel) par Garnier, en plus le fer même s’il est abondant en Nouvelle Calédonie est sous la forme d’un minerai difficile à réduire et à fondre. Le retard technique des populations est lié davantage aux moyens dont ils disposaient bien plus qu’à des capacités intellectuelles qui seraient plus faibles, ceci peut être illustré par une comparaison avec un ordinateur, l’ordinateur potentiellement très performant sera inefficace dans un environnement pauvre.

Finalement il y a peu de différences entre les pierres polies actuelles des papous et celles que les hommes fabriquaient entre 4000 et 1500 avant JC on peut dire que les Papous poursuivent encore aujourd’hui les techniques néolithiques et d’autres peuples des îles du Pacifique les ont abandonnées pour la confection d’objets utilitaires seulement depuis la colonisation, mais ils les poursuivent encore aujourd’hui pour la confection d’objets religieux ou de bijoux.

Le néolithique s’est poursuivi pour des peuples des îles du Pacifique de -4000 à nos jours. Mais cela ne se réduit pas aux outils, d’autres peuples du monde ont continué à construire comme au néolithique des monuments mégalithiques (monuments funéraires de type dolmen, et pierres dressées de type menhir). Nous constatons comme pour les ères géologiques que les durées relatives en archéologie sont difficiles à définir avec précision et que les périodes ne sont pas simultanées dans toutes les parties du monde. En fait une période suit une courbe de Gauss, (en forme de cloche), les pierres polies ont commencées en quelques endroits du monde au mésolithique, puis se sont généralisées jusqu’à atteindre la plus grande partie du monde, puis ont diminuée avec la naissance de la métallurgie à l’âge du bronze, et se sont poursuivies jusqu’à nos jours pour quelques peuples